Habitat - Pour un urbanisme harmonieux

Publié le 17 Janvier 2016

L’un des enjeux majeurs pour l’avenir de Billom est d’éviter de devenir une « banlieue-dortoir », telle qu’on en observe tout autour de Clermont-Ferrand, mais de rester forte de son identité et de son animation.

Notre commune est en effet héritière d’une riche histoire et d’un patrimoine remarquable. C’est un bourg commerçant et un pôle culturel. Elle doit le demeurer dans les années à venir.

A cet égard, l’important développement ces dernières années d’un habitat pavillonnaire à sa périphérie nous interroge. Il s’est propagé sans réflexion préalable sur l’urbanisme de notre ville, sans autre règle que la constructibilité de terrains jusqu’ici agricoles.

Cette consommation anarchique des espaces a un double inconvénient :

  • d’une part elle banalise progressivement les paysages de notre commune en ne tenant aucun compte du caractère de son bourg ancien, dont il supprime ainsi la perception, et contribue à enlaidir gravement les entrées de ville,
  • d’autre part, elle se fait au détriment de l’habitat ancien du bourg, dont des immeubles entiers sont délaissés, au profit d’un seul type de logements : le modèle pavillonnaire souvent occupé par des classes d’âge qui ne vont pas se renouveler suffisamment dans le temps.

Or, condition de sa vitalité future, Billom doit absolument pouvoir accueillir des populations de toutes catégories et classes d’âge, et donc offrir des types de logements diversifiés (en location, en accession à la propriété, en appartements ou maisons de centre-bourg, en logements sociaux, etc.).

La priorité ne doit donc plus être à la construction neuve sur des terrains en périphérie, mais à la reconquête de l’habitat dans les quartiers anciens.

C’est ainsi que les premières réflexions à l’occasion de la révision en cours du Plan local d’urbanisme (PLU) ont conduit à mettre sur la table les questions suivantes en matière d’habitat :

  • se fixer un seuil plafond de croissance de la population (5 000 h d’ici 10 ans ?),
  • proposer des types de logements différents afin de maintenir la mixité sociale et intergénérationnelle,
  • accueillir de nouveaux habitants dans le périmètre bâti existant,
  • diminuer la vacance et le logement indigne, sans s’interdire de démolir si nécessaire,
  • inciter à la rénovation du bâti ancien.

Parallèlement, il est nécessaire de créer – et de sécuriser – les déplacements piétons et cyclistes en direction du centre-bourg, et de valoriser tous les espaces verts dans la ville.

Enfin, cette politique de reconquête du centre-bourg et des quartiers anciens doit aller de pair avec la valorisation de notre patrimoine historique, notamment l’ancien collège et l’église Saint-Loup auxquels il faut trouver de nouveaux usages, projets extrêmement complexes en raison de leur coût financier.

Habitat - Pour un urbanisme harmonieux

Rédigé par L'équipe de campagne

Publié dans #Programme, #Habitat, #Billom

Commenter cet article